Qui n'a jamais révé de tout plaquer, pour vivre l'aventure de sa vie ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kiss my eyes and lay me to sleep. pv

Aller en bas 
AuteurMessage
Vitaly A. Thorsen

avatar

Masculin Nombre de messages : 20
Âge du personnage : 25 ans.
Moyen de transport : Une Cadillac Eldorado de 1959 noire.
Date d'inscription : 27/02/2009

Passeport
Voyage avec: Sienna
Prochaine étape:
Voyage depuis:

MessageSujet: Kiss my eyes and lay me to sleep. pv   Ven 6 Mar - 1:40

    Des heures. Des heures et des heures que c’était lui qui conduisait. Des heures encore qu’il lui semblait voir les mêmes paysages au travers du pare-brise. Plus il avançait, plus la fatigue envahissait le moindre de ses muscles. Les minutes défilaient, et lorsqu’elle semblait trop rapide, la panique s’emparait de lui, puisqu’il s’imaginait s’assoupir lentement sans s’en rendre réellement compte. Les doigts crispés sur le volant, le dos détendu contre le siège confortable de la voiture de Sienna, Vitaly était pourtant vidé de toute énergie, cependant, il n’avait pas le courage de réveiller la jeune femme endormie sagement à ses côtés, sur le siège passager. C’était la première fois qu’elle l’avait laissé conduire, et elle avait affirmer avec une rage évidente que c’était bel et bien la dernière, mais elle avait été impuissante face à d’éventuelles autres protestations, trop épuisée elle aussi pour ne serais-ce qu’une simple petite dispute de routine. Perdant juste une seconde la route des yeux, il posa ses derniers sur le corps recourbé de Sienna, penchée vers la portière, les bras enroulés sous son visage épuré de toute expression. De temps à autres, ses lèvres remuaient, mais elle n’émettait aucun son audible, et quelques mèches de ses cheveux lui tombaient négligemment sur le visage. Lâchant le volant d’une main seulement, il les lui remit distraitement derrière l’oreille, ressentant une certaine lourdeur dans ses paupières à force d’essayer de discerner les choses dans l’obscurité. Les quelques lumières intérieures de la voiture suffisaient à éclairés au-dedans de celle-ci, mais les alentours n’étaient baigné d’aucune lueur, et bien souvent, Vitaly devait plisser les yeux pour ne pas perdre la route des yeux. Les phares, bien sûr, aidaient, mais la route était très longue, ainsi que large. Reprenant la position normale d’un conducteur digne de ce nom, le jeune homme dissipa un sourire qui s’était collé à ses lèvres sans qu’il y prenne garde. Ce qu’il ressentait pour Sienna dépassait l’entendement. Après un bref soupir, et une main passée derrière sa nuque, le jeune homme allongea ses jambes, de peur qu’elles s’ankylosent, en prenant bien garde à ne toucher aucune des deux pédales. Tout en se remettant droit, il coula un regard dans le petit rétroviseur juste au dessus de son visage, scrutant le visage d’Ayden, endormi sur le siège arrière. Rien ne l’empêchait de le réveiller, lui, pour qu’il se mette enfin à être utile, mais c’était peine perdue, Sienna refuserait qu’il conduise, et il était même probable que dans son sommeil, elle hurle son mécontentement. Son subconscient pouvait parfois se révéler très puissant, c’était une fille impressionnante. Plus il regardait le jeune homme assoupi à l’arrière, plus ses paupières se fermaient, cependant, il ne s’en rendait plus compte. Les roues de la voiture s’écartèrent dangereusement vers la droite, les emmenant tout les trois dans le décor, sans qu’ils ne s’aperçoivent de rien. Le dernière part d’ouverture de ses yeux s’évanouit précipitamment tandis qu’il sombrait dans le sommeil, et que des pensées incompréhensible envahissait son crâne. Après un temps plus ou moins long, ce dont il ne se souvint pas, ses yeux s’ouvrirent à une vitesse surprenante, pendant que son corps reprenait vie tout entier, et qu’il resserrait son étreinte autour du volant, appuyant précipitamment sur la pédale de frein alors que la voiture entrait en collision avec quelque chose de dur. Le choc ne fut pas très spectaculaire, mais assez surprenant pour que Vitaly en reste coit, et que Sienna se réveille en sursaut. Bien sûr, même un accident de ce genre ne pouvait pas sortir Saint Ayden de son sommeil régénérant, puisqu’il se fichait de ce genre de choses comme de l’an quarante.

    « Je crois que j’ai foncé dans une bestiole... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sienna Fitzgerald

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Âge du personnage : 23 ans.
Moyen de transport : Une Cadillac Eldorado de 1959 noire.
Date d'inscription : 27/02/2009

Passeport
Voyage avec: Vitaly, Ayden et sa précieuse voiture.
Prochaine étape:
Voyage depuis: environ sept mois.

MessageSujet: Re: Kiss my eyes and lay me to sleep. pv   Ven 6 Mar - 17:35

    Sienna se tenait debout, la bouche béante, en proie à une hallucination qui lui semblait des plus réelles. Le soleil était à son zénith, ce qui, étonnement, ne l'aveuglait pas le moins du monde. Elle se trouvait dans un endroit qui lui était parfaitement inconnu, et devant elle se dressait un amoncellement de carcasses métalliques, avec des phares gisant ça et là, des roues éparpillées un peu partout, et d'autres pièces de voiture négligemment jetées auparavant sur ce mont. Mais quand bien même elle ne se souvenait pas de la manière dont elle avait atterri ici, toute son attention était portée sur sa Cadillac. Cette dernière baignait intégralement dans la lumière diffuse du soleil, au point que ses phares d'une propreté impeccable étincelaient. Bien que ce spectacle était étonnant, ce qui intriguait le plus sa propriétaire était qu'elle flottait au dessus du tas de débris. Elle flottait et une immense auréole blanchâtre trônait au dessus de son toit. Sienna cligna des yeux plusieurs fois, mais l'image restait bien là, réelle à ses yeux, même si son cerveau lui soufflait que ce n'était qu'un effet de son imagination. Et tandis qu'elle allait se mettre à chercher une explication logique à ce phénomène qui ne l'était pas, sa vue se brouilla. Sa voiture auréolée disparut subitement, ainsi que l'endroit peu commun où elle se trouvait. Elle sursauta, et ouvrit grands les yeux.

    Son cou et son dos étaient endolori en raison de la posture dans laquelle elle se trouvait quelques secondes avant ce brusque réveil. Son rêve lui parut immédiatement absurde et l'envie lui prit de rire l'espace d'un instant, avant qu'il ne lui sorte complètement de la tête en entendant la voix de Vitaly s'élevait dans l'habitacle. « Je crois que j’ai foncé dans une bestiole... »

    Elle tourna son visage vers lui comme s'il avait parlé une autre langue, et la raison de son réveil en sursaut lui revint en mémoire. Il avait en effet foncé dans quelque chose, mais le doute poussait Sienna à croire que ce n'était pas dans une bestiole. Elle eut vite fait de se débarrasser de son état semi-somnolent, et elle sortit de la voiture, un peu précipitamment. La connexion venait à l'instant de se faire dans son esprit, où la brume venait juste de complètement se dissiper. Je crois que j’ai foncé dans une bestiole... Il avait foncé dans quelque chose oui, avec sa voiture. Sa voiture qu'elle lui prêtait pour la première fois. Sa voiture.

    Les phares encore allumés de l'Eldorado était la seule source de lumière alentour, car les étoiles n'aidaient pas franchement à voir plus clair. Inquiète quant à l'avenir de son pare-chocs, Sienna se dirigea vers l'avant de la voiture, où elle vit une masse difforme et rougeâtre qu'elle ne manqua pas de cataloguer rapidement comme n'étant pas une bestiole. « C'est ce que j'appelle communément un rocher. Tu as foncé dans un rocher, merde! » Le dit rocher n'avait heureusement pas causé de dégâts, car il était entré en collision avec l'un des pneu de la Cadillac, qui à l'instar du reste de cette dernière, n'avait aucun dommage.

    Posant sa main sur le capot, Sienna ne put s'empêcher de murmurer quelque mot qui se voulait réconfortant à sa voiture, même s'ils lui étaient plus destinés à elle même qu'à sa précieuse automobile.
    « Plus de peur que de mal, ma belle. » Après quoi, elle tourna son regard vers Vitaly. Pour une obscure raison, peut-être le fait qu'elle avait rêvé qu'elle apercevait sa voiture canonisée flottant au dessus du paradis de la casse, elle ne lui hurla pas dessus jusqu'à s'époumoner, chose qu'elle aurait faite en temps normal, c'est une certitude. Elle se contenta de lui lancer une phrase banale, mais qui se voulait pleine de reproches. « La prochaine fois que l'envie te prends de dormir au volant de ma voiture, gare toi ou autre, mais arrête de conduire et évite de la planter dans le décor. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitaly A. Thorsen

avatar

Masculin Nombre de messages : 20
Âge du personnage : 25 ans.
Moyen de transport : Une Cadillac Eldorado de 1959 noire.
Date d'inscription : 27/02/2009

Passeport
Voyage avec: Sienna
Prochaine étape:
Voyage depuis:

MessageSujet: Re: Kiss my eyes and lay me to sleep. pv   Ven 6 Mar - 23:40

    Immobile, Vitaly scrutait l’obscurité qui s’étendait face à lui sans rien y voir, les nerfs à fleur de peau, apeuré mais en même temps curieux de savoir ce qu’il venait d’heurter. Ses doigts firent un léger mouvement sur la surface dure et lisse du volant, qu’il ne tenait plus que de la main droite, la voiture étant de toute manière arrêtée. Juste après qu’il eut fait part de ses craintes, Sienna s’était réveillée, semblant émerger d’un stupide rêve lointain qui avait laissé dans ses yeux une trace d’ébahissement incompréhensible, croisé avec une certaine béatitude que le jeune homme ne parvenait pas vraiment à identifier. Cependant, sa lucidité avait rapidement prit le dessus, et tandis qu’elle sortait précipitamment du véhicule, Vitaly s’imaginait déjà la dispute qui allait suivre si « sa belle » se révélait avoir la moindre égratignure. La portière du côté de la jeune fille claqua, et il ferma les yeux.

    « Eh merde... »

    Tout en donnant un léger coup inutile sur l’accoudoir de son siège, censé montrer son mécontentement vis-à-vis de lui-même, il ouvrit sa portière, et prit soin de la claquée plus fort encore que Sienna l’avait fait auparavant, espérant réveiller Ayden. Une fois hors de l’habitacle, l’air chaud ambiant l’assaillit tout de suite, et d’étranges souvenirs lui revinrent en mémoire, ceux de son enfance notamment, lorsqu’il aidait son père au travail. A pas lent, il rejoint la jeune femme au devant de la voiture et la trouva agenouillée devant celle-ci, analysant la moindre parcelle de son pare-choc, examinant les plus infimes rayures et autres failles. Lui-même se prit à regarder cette dernière, histoire d’être préparé à l’avance aux possibles hurlements qu’il allait devoir entendre, et aux possibles remontrances qu’il allait sans doute recevoir. Il s’attendait déjà à des choses du genre « tu bousilles tout ce que tu touches » ou encore « tu vois, c’est exactement pour ça que je voulais pas que tu conduises », mais il se rendit compte que le véhicule n’avait rien, et que Sienna l’avait aussi bien remarqué que lui. Soulagé, le jeune homme mit ses deux bras derrière sa nuque tandis qu’il s’étirait, relâchant légèrement la pression de ces vingt dernières minutes. Une fois qu’il eut terminé, ses yeux se posèrent à l’endroit que la jeune femme regardait elle aussi, une petite masse se trouvait juste devant la Cadillac, ombre informe qu’il n’assimila pas vraiment à un rocher jusqu’à ce que Sienna fasse la réflexion qui éclaira ses pensées. Surpris de s’être trompé de la sorte, et secoué qu’elle lui parle avec un tel sarcasme dans la voix, il s’approcha plus prêt de la petite forme non identifié, du moins par lui, et même s’il se rendit compte qu’il s’agissait bel et bien d’une satanée pierre, sa fierté l’empêcha d’avouer qu’il avait fait une si... piètre erreur.

    « C’est impossible, je t’assure que j’ai sentit quelque chose de... mou. Il a du s’enfuir, je sais pas, ça devait être une de ces bêtes bizarres qui vivent en Arizona, ne me regarde pas comme ça ! »

    Certes, il ne savait pas vraiment de quelles bêtes étranges il était en train de parler, mais tout valait mieux que de dire, et d’en même temps s’avouer à lui-même, qu’il avait confondu un morceau de roche avec un être vivant. Il fit une petite marche arrière, se repositionnant plus près de la voiture, cependant que Sienna posait l’une de ses mains sur le capot de cette dernière, dans un geste tellement affectif que Vitaly en eut presque la nausée. Tandis qu’elle ne le regardait pas, il fit une grimace à l’entente du mot « ma belle », parodiant la jeune femme de manière inaudible. Puis, dès qu’elle se tourna vers lui, son visage reprit tout son sérieux, et la manière dont il avala difficilement sa salive trahissait légèrement le fait qu’il avait fait le pitre derrière son dos et qu’il espérait de tout cœur qu’elle ne l’ait pas prit en flagrant délit. Ses sourcils prirent la forme d’un accent circonflexe. A priori, il s’attendait qu’elle le tue seulement à l’aide de ses pupilles incandescente, mais elle n’en fit rien. Surprenante, cette fille, oui, surprenante, elle l’était. Il baissa les yeux pendant qu’elle lui parlait, ou plutôt, lui reprochait de s’être assoupi. S’en était déjà trop, son instant le poussait à la révolte.

    « Bordel de Dieu Sienna, ça fait au moins quatre heure que tu roupilles pendant que je conduis, et bien sûr, Sa Seigneurie Ayden ne doit pas mettre les pattes sur le volant de cette putain de caisse, oh ça non... Tu vas vraiment me reprocher de n’avoir pas su garder mes yeux ouverts ? »

    La bouche entre ouverte, il s’attendait à une riposte énorme de la part du camp adverse, mais il allait faire face, les hostilités étaient à peine entamées, s’il s’en référait à leurs anciennes querelles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sienna Fitzgerald

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Âge du personnage : 23 ans.
Moyen de transport : Une Cadillac Eldorado de 1959 noire.
Date d'inscription : 27/02/2009

Passeport
Voyage avec: Vitaly, Ayden et sa précieuse voiture.
Prochaine étape:
Voyage depuis: environ sept mois.

MessageSujet: Re: Kiss my eyes and lay me to sleep. pv   Sam 7 Mar - 1:28

    « Bordel de Dieu Sienna, ça fait au moins quatre heure que tu roupilles pendant que je conduis, et bien sûr, Sa Seigneurie Ayden ne doit pas mettre les pattes sur le volant de cette putain de caisse, oh ça non... Tu vas vraiment me reprocher de n’avoir pas su garder mes yeux ouverts ? » Si une quelconque envie de sommeil persistait encore chez Sienna avant cette réplique, elle ne manqua pas de s'évanouir rapidement. Étonnamment, elle était toujours très en forme lorsqu'il s'agissait de tenir tête à Vitaly, ou à qui que ce soit d'autres d'ailleurs, ce qui n'arrivait pas rarement. Un tas de mot lui affluaient déjà à la bouche, et elle eu vite fait de les remettre en ordre avant qu'ils ne passent ses lèvres, histoire que le tout forme quelque chose de compréhensible. « Quatre heures? Et tu laisses supposer que c'est beaucoup? Parce que tu restes toujours éveillé toi quand je conduis en pleine nuit peut-être? Et je te reproche pas le fait de ne pas avoir su garder tes yeux ouverts, mais de pas avoir eu la logique de te garer et de pioncer si t'étais fatigué, comme tout le monde, merde! »

    Et c'était encore reparti pour une engueulade dans les règles de l'art. S'il y avait eu cette discipline aux Jeux Olympiques, on aurait sans aucuns doutes pu compter sur eux pour rapporter une médaille d'or aux Etats-Unis. "Et une médaille d'or bien méritée pour le couple qui se prends le plus la tête comme il se doit, une!" Cette pensée eu le don de faire sourire Sienna. Un sourire qu'elle chassa bien rapidement de son visage en reposant son regard sur son petit ami. Elle rouvrit la bouche, après tout, cette médaille leur était d'ores et déjà prédestinée, alors à quoi bon se canaliser. « Et puis laisse Ayden sur la banquette arrière, endroit où il est certainement le plus à sa place. Quand bien même il aurait conduit ma voiture, il n'aurait pas prétendu avoir percuté une bête bizarre d'Arizona alors qu'il saurait foncièrement que ce n'était qu'un foutu rocher, qui n'a rien de mou du tout. »

    Si au début Vitaly ne semblait pas le moins du monde gêné par la présence d'Ayden, la situation semblait tout autre depuis quelques temps. Et la raison échappait à Sienna, qui n'y faisait d'ailleurs tout simplement pas attention. Après tout, ils n'allaient pas se débarrasser de l'autostoppeur pour une raison inconnue de la jeune femme, de plus qu'il lui était sympathique. C'était un globe trotteur, tout comme eux, et le fait d'être trois à voyager avait un petit quelque chose de marrant aux yeux de Sienna, de plus qu'ils ne connaissaient que sommairement celui qui les accompagnés. Elle s'aventura alors sur un sujet sur lequel elle espérait avoir peut-être une explication, aussi minuscule soit cet espoir d'obtenir une réponse de la part de Vitaly, car en effet, il se pouvait qu'il ne l'appréciait tout bonnement pas. « Qu'est qu'il a bien pu te faire d'ailleurs pour que tu l'appelles Sa Seigneurie? »

    Poussant un soupir, Sienna s'éloigna de sa voiture, tout en regardant aux alentours. Bien que sa seule lumière fut celle diffuse par les phares toujours allumés, elle se révélait assez puissante pour éclairer un bout de terrain assez conséquent. Elle distingua un bon nombre de rochers comme celui se trouvant au pied d'un de ses pneus. En remarquant un bien plus imposant que les autres, elle se dirigea vers celui ci et s'assit. « C'est pas particulièrement confortable par ici, mais je suis persuadée que tu pourras dormir tranquillement, apparemment le lieu ne te déranges pas vraiment. » Suite à ça, elle attendit que Vitaly lui réponde sur le même ton. Depuis les six bonnes années qu'ils se connaissaient, les disputes rythmaient leur quotidien. Leur relation avait quelque chose d'incroyable, d'incomparable, elle était digne des plus grands huit connus. Ils se déchiraient souvent, pour des raisons la plupart du temps futiles. Mais le fait de dire qu'ils s'aimaient était sans conteste un euphémisme, car leurs sentiments étaient bien au delà d'un simple amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vitaly A. Thorsen

avatar

Masculin Nombre de messages : 20
Âge du personnage : 25 ans.
Moyen de transport : Une Cadillac Eldorado de 1959 noire.
Date d'inscription : 27/02/2009

Passeport
Voyage avec: Sienna
Prochaine étape:
Voyage depuis:

MessageSujet: Re: Kiss my eyes and lay me to sleep. pv   Dim 8 Mar - 23:58

    Comme il l’avait pressenti, l’attente ne fut pas longue avant que Sienna ne se mette à répondre à ses accusations. Certes, elles n’étaient pas formulées de façon très retenue, et c’est pourquoi la jeune femme n’avait pas su passer outre. Il fallait dire que Vitaly semblait constamment chercher le conflit, même s’il insinuait souvent que c’était elle qui commençait. Après presque une minute où il resta muet, et pendant laquelle Sienna cherchait ses mots, sans doute histoire d’être la moins grossière possible, le jeune homme mit ses mains sur ses hanches, et l’écouta sans émettre la moindre protestation. Vexé qu’elle prétende que conduire quatre heure durant n’était pas un obstacle, il se permit cependant de faire une petite moue que l’on pouvait interpréter de crispée. Une fois qu’elle eut terminé, puisqu’il était simplement hors de question qu’il lui coupe la parole, trop intéressé par ce qu’elle avait à dire pour avoir de quoi répondre, un petit sourire prit place sur ses lèvres. Face à ce genre de paroles, il n’y avait qu’une technique qui portait ses fruits...

    « Sienna, arrête de dire des conneries, tu te rends même pas compte de ce que tu racontes, si je m’étais arrêté tu m’aurais tué le lendemain matin en me sortant des trucs du genre « merde, Vitaly, je me coltine des heures de route pendant que toi tu t’arrêtes carrément pour te pieuter... » N’essaye pas de faire celle qui est compatissante, parce que tu ne l’es définitivement pas ! »

    Et cette technique s’appelait : être un con. Ne sachant pas vraiment comme réfuter ce qu’elle lui mettait sur le dos, il ne voyait souvent qu’un seul moyen de faire en sorte qu’elle ne se rende pas compte qu’elle avait raison, la plupart du temps, et ce genre de comportement était sans conteste l’un des favoris du jeune homme. Il s’éloigna une fois de plus de la voiture, de quelques pas seulement, feignant de réfléchir, ce que bien sûr, il ne faisait pas, et de toute façon, rien ne portait matière à réflexion. La fatigue l’avait emporté, il avait foncé dans une pierre molle, point barre. Vitaly leva son visage vers celui de Sienna, s’imaginant presque y voir une lueur de capitulation, mais ce qu’il y vit le glaça presque sur place ; un sourire. Cependant, celui-ci s’effaça bien vite et le jeune homme en fut presque rassuré. Qui pouvait savoir à quoi elle pouvait bien penser, dans des moments comme celui-ci. Fronçant pour la dernière fois les sourcils, du moins espérait-il que ce fut la dernière, il ne fut cependant pas surprit le moins du monde lorsqu’elle reprit la parole, et une fois encore, il se tut.

    « Comment ça la banquette arrière est l’endroit ou Ayden est le plus à sa place, qu’est-ce que t’insinues par là ? Ce type a rien à foutre là, ouais, et même si tu l’avoues pas tu le sais au moins aussi bien que moi ! »

    Presque essoufflé du mensonge plus gros que lui qu’il venait de s’entendre dire, il émit un long soupir, puis planta son regard dans celui de Sienna, espérant qu’elle retire les derniers mots sortis de sa bouche. Evidemment, elle n’en fit rien.

    « Oh non, lui il aurait sans doute prétendu avoir été enlevé par les aliens et avoir quitté momentanément la surface de la terre, mais tu l’aurais cru ! Parce que tout ce qui sort de la bouche de ce mongole a l’air foutrement sacré si j’en crois ce que j’entends ! »

    Fixant la jeune femme sans perdre la face, il s’attendait presque à voir de la fumée sortir de ses propres oreilles. Cependant, il n’était pas tellement énervé, ce qui l’inquiétait le plus, était le fait qu’il apprécie ce conflit, et que Sienna semblait faire de même en retour. Il ressentait tout doucement l’envie de lui faire un sourire, et qu’enfin elle comprenne qu’il faisait exprès de dire toutes ces choses pour la mettre en colère, même s’il se doutait qu’elle savait déjà, et qu’elle jouait le jeu simplement pour la forme. Ils étaient tellement doués dans les engueulades, qu’il aurait été stupide de gâcher celle-ci en quelques secondes à peine. Le jeune homme se retourna, les mouvements de ses pieds sur la terre poussiéreuse faisant s’élever dans l’air une brume rougeâtre qu’il ne distingua même pas, puis il se mit à scruter Ayden, toujours endormi, nullement perturbé de la situation dont il ne soupçonnait sans doute même pas l’existence. Une brusque envie de toquer à la vitre de toute ses forces prit violement Vitaly, lui administrant du même coup un frisson, puisqu’il refoula ce désir au plus profond de ses pensées, mais bien vite, celui d’ouvrir la portière et de secouer le jeune homme comme un arbre fruitier fit de même, et un rire nerveux s’empara de lui. Reprenant contenance, il espérait que Sienna n’avait nullement prit conscience de cette folie soudaine, et en même temps, cette importance accrue qu’en ce moment il semblait porter au globe trotteur qu’il avait premièrement été ravis de prendre en stop. Avant qu’il ne se rende compte que c’était l’une des pires erreurs de sa vie. Finalement, il revint sur ses pas et se plaça devant le véhicule, s’appuyant dessus sans l’ombre d’une gêne, tandis que la propriétaire s’éloignant tout en lui posant une question à laquelle, étrangement, il n’avait pas vraiment de réponse.

    « Je pensais que ça te plairait que je le mette sur un piédestal. »

    Conscient qu’il en devenait presque insupportable, il profita du fait que Sienna était de dos et s’éloignait distraitement et jura pendant presque une seconde, puis il mit un léger coup sur le devant de la voiture avec le plat d’une de ses mains. Immédiatement, il sentit quelque chose de poisseux sur cette même paume, et avant d’être surprit plus encore, il avança sa main à hauteur de son visage, tandis qu’une grimace de dégoût prenait place sur ce dernier. Des bruits lui parvinrent vers la gauche, et sa main toujours tendue devant lui, il tourna son visage vers Sienna qui prenait place sur un rocher tout en lui adressant la parole pour la troisième fois. Trop concentré par ce qu’il venait de voir sur la terminaison naturelle de son bras pour noter ne serais ce qu’une seule des notes de sarcasme dans la voix de sa copine, il se leva lentement en gardant les yeux rivé sur le sang qui inondait la plupart de ses doigts.

    « Je crois que tu devrais venir voir ça, en fait... »

    Livide, le jeune homme tourna une dernière fois les yeux vers Sienna, espérant tout de même, innocemment, qu’elle n’espérait pas qu’il ait de cette manière subtile mit fin aux hostilités, car ce n’était réellement pas le cas. Il était simplement... préoccupé, oui, il y avait de quoi. Vitaly fit quelques pas vers la jeune femme, attendant qu’elle le rejoigne, tandis qu’il mettait sa main directement dans la lumière des phares pour qu’elle distingue plus rapidement ce qu’il n’avait lui-même pas eu grand peine à identifier.

    « Depuis quand les rochers se mettent à pisser le sang, dis-moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sienna Fitzgerald

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Âge du personnage : 23 ans.
Moyen de transport : Une Cadillac Eldorado de 1959 noire.
Date d'inscription : 27/02/2009

Passeport
Voyage avec: Vitaly, Ayden et sa précieuse voiture.
Prochaine étape:
Voyage depuis: environ sept mois.

MessageSujet: Re: Kiss my eyes and lay me to sleep. pv   Mer 18 Mar - 19:58

    « Bien sur, je préfère que tu conduises, attente à ma voiture et qu'on se retrouve je ne sais où que de sagement te garer. Nom de Dieu Vitaly, je t'aurais pas hurler dessus si tu voulais dormir, arrêtes un peu. De plus, tu es mal placé pour parler de compassion! » Sienna lui avait instinctivement répondu, bien qu'il est vrai qu'elle lui aurait peut-être sorti l'inévitable je me coltine des heures de route s'il s'était lui même arrêter, dans l'unique but de le faire râler à son tour. Mais il était hors de question qu'elle l'avoue, assurément.

    « J'insinuais principalement qu'il était hors de question qu'il touche au volant de ma voiture! Et que, par conséquent, la banquette arrière lui est réservée, d'une manière logique. Non pas qu'il était destiné à y vivre depuis toujours. Et puis, je te ferais remarquer que tu étais tout aussi enjoué que moi à l'idée qu'il fasse un bout de chemin avec nous, alors ne commences pas à dire qu'il n'a rien à foutre là, parce que nous l'avons décidé ensemble. » A vrai dire, elle ne savait pas elle même pourquoi elle avait utilisé le terme endroit où il est certainement le plus à sa place alors qu'elle aurait du se douter que Vitaly ne l'aurait pas comprit comme elle avait voulu. De plus, s'il semblait ne plus vouloir à faire à lui, ce n'était pas le cas de Sienna, comme il venait de le prétendre. D'ailleurs, elle soupçonnait le jeune homme de sortir des mensonges à l'arraché, nourrissant ainsi l'espoir quelconque que Sienna lui avoue qu'elle partageait les mêmes ressentiments que lui sur ce point. Mais bien sur, ce n'était que supposition et pour une fois, elle ne releva pas.

    Néanmoins, essayant faussement de faire croire qu'elle était vexée par les paroles de Vitaly visant à dire qu'elle croyait tout et n'importe quoi sortant de la bouche de ce cher Ayden, elle usa une fois de plus de cette incroyable chose nommée l'ironie. « Les aliens c'est un peu poussé, j'aurais bien cru aux histoires du genre: des vaches qui font la course sur la route, un rodéo improvisé de voitures invisibles ou encore des danseuses hawaïennes jouant au rugby. Mais les aliens, tout de même.. Bordel Vitaly et après c'est moi qui dit des conneries! Tu t'entends parler? "Enlevé par les aliens", "Foutrement sacré", carrément ouais. »

    L'espace d'un instant, elle avait faillit éclaté de rire en entendant ces paroles. Non pas d'un rire moqueur, mais d'un rire franc, car ce qu'avait dit Vitaly était tout simplement digne d'Ayden et elle le savait pertinemment. Ils avaient pu tous les deux constater au fil de ces deux mois écoulés que le jeune homme était loin d'être stupide certes, mais qu'il avait aussi totalement tendance à sortir des choses qui lui servait d'excuse et qui n'avait aucun sens sans, apparemment, en avoir conscience bien que cette hypothèse semblait peu probable de toute évidence. Et dès que ce genre de moments arrivaient, Vitaly et Sienna étaient presque irrévocablement prit d'une envie de rire, envie qu'ils avaient parfois du mal à cacher. Victime d'une subite incohérence mentale à cette pensée, Sienna eu soudainement envie de sauter dans les bras de Vitaly. Mais c'était sans compter leur actuelle querelle de couple, car dès lors, cet acte aurait pu être considéré comme une capitulation.

    « J'adore quand tu mets les gens sur un piédestal pour me faire plaisir, vraiment. Ça a un petit quelque chose de.. plaisant, dirons-nous. » Une irrépressible envie de lever les yeux au ciel la prit, soulignant ainsi l'absurdité de leurs répliques qui leurs plaisaient tant. Mais avant qu'elle n'eut le temps de pleinement contempler le ciel noir parsemé de points blancs, communément appelés étoiles, la voix de son copain lui fit diriger son regard vers lui et son ton la poussa à s'exécuter et donc à le rejoindre. Leur dispute, si l'on pouvait appeler ça comme ça au vu de l'exaltation commune qu'ils partageait subtilement, venait à peine de commencer et le fait que Vitaly change subitement de sujet pour y mettre fin était, tout comme cette histoire de course de vache et de rodéo, insensé. Néanmoins, en apercevant la main de Vitaly recouverte de sang, Sienna eu vite fait d'être confortée dans l'idée que ce n'était en aucun cas une tentative de celui-ci de stopper là leur conversation houleuse. Tout en grimaçant légèrement à cette vue, elle formula une réponse.

    « Logiquement les rochers ne pissent pas le sang, donc.. c'est peut-être du ketchup? Imaginons l'espace d'un instant, un très court instant, qu'une bande de jeunes ont, comme toi, foncés dans ce rocher avec leur voiture, en sont sortis précipitamment frites à la main et sauce tomate dans l'autre pour voir ce qui avait provoqué cette futile collision et, tu es très bien placé pour savoir qu'un accident est si vite arrivé, la bouteille s'est renversée sous le choc de cette découverte totalement inattendu lorsqu'il ont vu que ce n'était qu'un stupide rocher qui était là? Je visualise très bien la situation pour ma part.» Évidemment, cette hypothèse était farfelue, et hors de propos. Mais c'est ainsi que Sienna réagissait lorsqu'on lui amenait la preuve qu'elle s'était trompée. Son orgueil ne débordait foncièrement pas, mais lorsqu'il s'agissait de Vitaly, c'était un véritable défi que d'avouer qu'il avait raison et elle tort. Elle ne pouvait généralement pas s'y résoudre, voilà tout. C'est pourquoi, elle préférait lui soumettre une quelconque idée de ce qui aurait pu se passé, même si cela semblait dépourvu de tout sens. Et bien que c'était pratiquement inutile puisqu'il savait pertinemment qu'elle ne pensait pas un traitre mot de ce qu'elle disait.

    Toujours aidée de la lumière diffuse des phares pour voir un peu plus clair, elle se pencha vers ce qu'elle avait cru être un rocher typique d'Arizona, espérant presque qu'elle pouvait avoir raison et qu'il s'agissait effectivement d'une stupide grosse pierre maculée de ketchup et, pourquoi pas, de débris de verre. En regardant, elle ne distingua rien de commun à un être vivant, du moins pas clairement, mais il était clair qu'il n'y avait pas l'ombre d'un doute qu'il s'agissait de sang et non de sauce. La forme elle même n'avait rien d'humaine, ce qui l'avait poussait vers un mauvais jugement un peu plus tôt. Aucun soulèvement régulier caractéristique d'une respiration. Rien de ce qui pouvait faire penser à un animal, mort ou non, bien qu'aucune autre solution plausible ne lui venait à cet instant. Mais après tout, elle pouvait encore se tromper et la nuit ne l'aidait pas. La situation était quelque peu sordide, mais toutefois, d'une certaine manière, drôle. Elle se redressa, croisa ses bras sur sa poitrine, fixa Vitaly et lui dit le plus sérieusement possible « Ou alors, tu as tué un ATNI. Un animal terrestre non identifié. Chose probable également, bien que moins que cette histoire de ketchup et de jeunes délurés cela va de soi. Du moins, si ce truc est bien mort, si ça a même déjà vécu bien sur.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kiss my eyes and lay me to sleep. pv   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kiss my eyes and lay me to sleep. pv
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kiss pieds nus, sole très sensible
» [tasse] Mr P Kiss de Propaganda
» Rhus tiger eyes
» [ Suspension habillée de laine ] Lamblamp par Miklos Kiss
» [Chaise] Mosquito Kiss by Michaël BIHAIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On the Road :: L'OUEST AMERICAIN :: A R I Z O N A :: On the Road --
Sauter vers: