Qui n'a jamais révé de tout plaquer, pour vivre l'aventure de sa vie ?
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 I can do it .. Can I ? [J.J]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nora Warner

Nora Warner

Féminin Nombre de messages : 51
Âge du personnage : 19 ans
Moyen de transport : Le van d'Isis
Date d'inscription : 21/02/2009

Passeport
Voyage avec: Isis ; Joshua ; Leigh
Prochaine étape: Daytona Beach - Floride
Voyage depuis: Quelques semaines

I can do it .. Can I ? [J.J] Empty
MessageSujet: I can do it .. Can I ? [J.J]   I can do it .. Can I ? [J.J] EmptyMar 24 Fév - 18:40

    Je commençais sérieusement à haïr le van d'Isis. Le véhicule était si peu stable que nous tanguions tous de droite à gauche lorsqu'elle conduisait, à cause de toutes les petites contraintes du terrain. Ma tête se balançait en le suivant, ce qui avait eu pour résultat de me faire avoir un mal de tête effroyable. Déjà que je ne servais à rien, il ne fallait pas non plus que je me plaigne, alors je ne demandais même pas à un de mes trois camarades un quelconque médicament. Il m'était également impossible de lire, livre ou magazine, sauf si j'étais masochiste et que je voulais empirer mon mal. La discussion ne semblait pas non plus aller de bon train, et cela se remarquait tout de suite à l'étrange silence qui régnait dans l'enceinte des portes de fer. J'avais vraiment hâte que l'on s'arrête, pour se ravitailler ou acheter quelque chose, pour pouvoir sortir de cette machine à torture ambulante. Bon, je doutais un jour avoir à refaire un road trip comme celui que nous avions débuté depuis peu, mais si cela se faisait, interdiction formelle de prendre ce van monstrueux pour faire le trajet. Autant partir à pied, sans rien, et à se faire conduire en stop .. Vraiment ? J'en serais incapable. Ou alors, d'ici là, je serai devenue assez courageuse pour ne pas avoir peur des inconnus, et serai devenue beaucoup plus sociable que je ne l'étais à présent. Car faire la conversation, ce n'était pas vraiment mon truc .. Pas du tout. Encore, si Isis et Joshua prenaient la parole à chaque fois que l'on nous demandaient quelque chose, ça irait. En fait, c'était comme ça que cela se passait vers le début de « l'aventure ». Mais depuis qu'ils avaient découvert que j'avais beaucoup de difficultés à parler avec les autres et que j'étais complètement gênée et stressée, ils prenaient un malin plaisir à me laisser me débrouiller toute seule dans les situations du genre. Leigh venait souvent à ma rescousse, mais il restait quand même bon nombre de moments où j'étais obligée d'ouvrir la bouche et de passer pour une fille relativement normale. Sauf que je n'étais pas normale, surement étant une fille qui devait faire partie du top des plus angoissées et des plus lâches et peureuses qui existaient.

    Par la fenêtre, je ne pouvais que m'occuper, et essayer d'oublier mon mal en observant le côté de la route qui défilait. Nous étions toujours en Californie, état populaire, et pourtant nous passions dans un coin où il aurait été difficile de se faire prendre en stop, si jamais le van tombait en panne. Comme une de ces nombreuses fois où nous avions du dormir à côté de la route. Je lisais tout ce qui était inscrit sur les panneaux qui défilaient, ce qui n'était pas vraiment amusant. J'inversais les lettres pour essayer de former d'autres mots. Je prenais la dernière lettre, que je collais à la première, et essayait de trouver un mot avec ces deux lettres qui débutaient. Et plein de jeux idiots de ce genre. J'étais assez forte pour trouver des occupations qui semblaient totalement stupides, et qui pourtant me faisaient passer le temps. Je trouvais toujours quelque chose à faire, à l'intérieur de ma tête, et j'étais souvent le regard dans le vague ou dans le vide, si bien qu'il fallait faire un bruit assez fort pour me faire sortir de ma petite bulle. « Il y a une station service, pas loin ! On pourrait s'y arrêter. » Je pointais la fenêtre du doigt, laissant ma trace sur la vitre au passage (elles étaient bien assez sales pour que cela ne se remarque pas tellement), et soupirait de soulagement d'avoir une petite occasion de prendre l'air. En cinq minutes, le van prenait la bifurcation qui amenait à la station service, minuscule. Je ne savais même pas que ce genre d'établissements existait, et réprimait une face effarée en la voyant. A tous les coups, c'était dans ce genre de station que se passaient les meurtres étranges, les gens qui montaient à l'arrière des voitures pour couper la tête des gens lorsqu'ils partaient. Heureusement, il ne faisait pas nuit, et en fait, le soleil brillait assez fort. Je passais une main dans mes cheveux en attendant que l'on s'immobilisent, et toute la joyeuse troupe descendit. En fait, je ne prêtais pas vraiment attention à eux, et me focalisait uniquement sur l'inspiration expiration d'air que je pouvais délecter. Je restais, le regard dirigé vers le ciel, en respirant simplement, quelques minutes, avant de revenir à la réalité lorsqu'on me demanda de faire le plein d'essence. Le .. quoi ?

    Je n'avais même pas le temps de répliquer qu'ils étaient déjà partis faire je ne sais quoi, et je me retrouvais comme une gourde à côté du véhicule d'Isis, en train de reluquer l'appareil qui devait servir à déverser l'essence. Pendant quelques minutes, je tournais autour du van pour essayer de repérer le trou dans lequel il fallait que (il me semblait) je mette le conduit, mais désespérant à même trouver ce qui pouvait y ressembler, je m'asseyais sur une corniche avant de mettre la tête entre mes mains. Il ne fallait jamais me donner de mission, surtout une mission d'une importance pareille. Oui, faire le plein d'essence, c'était une assez grande responsabilité pour moi, la petite Nora, incapable de faire même la moindre petite chose. Ce n'était pas que j'étais paresseuse, au contraire, mais j'étais juste .. pas douée. Je ne voyais pas de meilleure expression. J'y mettais pourtant tout mon enthousiasme, au début, pour finir par me lamenter de mes échecs. Alors que je réfléchissais à l'excuse que j'allais bien pouvoir trouver lorsque mon groupe reviendrait, de ne pas avoir réussi à accomplir la mission qui m'avait été assignée, mon regard s'attarda sur un garçon qui était non loin. Je pourrais peut-être lui demander, non ? Cette perspective m'effarait quelque peu, il me rirait surement au nez. Pourtant, il avait l'air assez sympathique. Enfin, je n'en savais rien, je n'arrivais jamais à juger les gens au premier regard. J'étais vraiment nulle. Mais comme tout inconnu qui se respectait, il me faisait incroyablement peur. Je le fixais pendant de longs instants, jusqu'à ce qu'il, ou en tout cas il me semblait, remarque mon regard dans sa direction. Je détournais rapidement les yeux, gênée, il ne manquait plus que le rouge me monte aux joues, et espérait qu'il ait cru à une hallucination, ou à quelque chose dans ce genre. Pour être sure qu'il ne se poserait pas de question, je me levais, et allait me cacher derrière la voiture. En quelque sorte. Et lorsque je marchais à reculons, en priant pour qu'il ne m'ait pas remarqué, je sentais tout d'un coup une présence derrière moi. Je me retournais rapidement, manquant de tomber par terre au passage (j'étais habituée), avant de repérer celui là même que j'avais impoliment dévisagé. Je restais sans piper mot quelques secondes, avant de me mordre la lèvre d'un air gêné et de prendre la parole. « Je .. Je peux vous aider ? » Il fallait juste que je feigne n'avoir jamais fait attention à lui. J'étais plutôt forte .. Ou pas.

Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah Jonah Evans

Jeremiah Jonah Evans

Masculin Nombre de messages : 114
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Moyen de transport : By car
Date d'inscription : 22/02/2009

Passeport
Voyage avec: personne
Prochaine étape: le Colorado
Voyage depuis: quelques semaines

I can do it .. Can I ? [J.J] Empty
MessageSujet: Re: I can do it .. Can I ? [J.J]   I can do it .. Can I ? [J.J] EmptyMar 24 Fév - 22:59

Je venais de commencer mon voyage depuis près de deux semaines et pourtant, je n'étais pas encore arrivé à ma destination finale. Pire, je m'étais perdu. A force de vouloir utiliser les petits chemins, mon GPS s'est complètement noyé d'informations et ne savait plus vers quelle direction m'amener ! C'est ainsi que je fis quasiment tout un tour dans les états suds de l'Amérique. Je sais ce que vous vous dites ; j'aurais pu faire le tour par moi-même. Après tout, j'ai un QI de 183, je connais l'Angleterre comme la discographie de MGMT ! Alors là oui, la prochaine fois, je réfléchirais et ne ferais plus confiance à cette satanée machine qu'on appelle GPS. Et après, on vient vous vendre cela comme une machine "intelligente". Comme quoi, l'éloge ne fait pas le moine !

J'avais roulé pendant près de dix heures. Je fonctionnais grâce à des tonnes de litres de café. Je ne cessais de conduire, tenant le volant avec mes deux poignets et versant le café de mon thermo dans une tasse grâce à mes deux mains. On aurait dit un mini-spectacle de cirque dans ce 4x4. Si on avait filmé le jeune homme, on aurait pu envoyer la cassette à une émission du rire, telle Vidéo Gag en France. Je ne cessais de boire, afin de ne pas m'endormir. Tout en même temps, j'écoutais des disques fait par moi-même. Je m'étais enregistré pour faire comme des rappels que je devais normalement ré-écouter avant d'entrer dans une salle d'examen oral. Je les avais créés d'abord pour elle, celle pour qui le voyage n'aurait pas de valeur. J'avais envie de la revoir, ne serait-ce qu'une seule fois. Lui dire à quel point je l'aimais. Savait-elle au moins que je l'aimais ? Je voudrais en être sûr, juste un instant, pour être un seul moment satisfait et serein, pour me dire que tout ira bien à nouveau. J'avais l'impression qu'on avait enlevé quelque chose, comment dire ? Vous savez ces gens qui perdent tout lors d'un accident comme une tornade ; je crois comprendre ce qu'ils sont en train de traverser. Elle me manque terriblement. Elle, c'est Emily P. Conrad. Elle était tout pour moi ; ma meilleure amie, ma confidente, ma rivale et bien sûr, la seule et l'unique que je n'ai jamais cessé d'aimer. Elle devait être la mère de notre enfant ... D'ailleurs, c'était un garçon ; on voulait appeler Evan, c'était le prénom du père d'Emily, il était mort à la guerre en Irak, l'été dernier : on voulait tout simplement lui rendre hommage comme il se devait. Et là, à cause de ce conn*rd de chauffard, je n'ai plus celle que j'aimais et qui portait mon enfant. Emily, tu me manques.
Dans cette voiture, mes sentiments étaient assez forts et remontaient à la surface. Je me sentais mal, je me sentais seul. Depuis des mois, je m'étais renfermé sur moi-même, ne voulant voir plus personne. Et puis, du jour au lendemain, je fis mes valises et m'en vais, sans un signe. Mes parents avaient d'abord cru à une fugue, mais heureusement ils ont vite trouvé mon petit mot qui donnait les raisons de ce départ précipité. En dépit de tout ce qui s'était passé, mes parent comprirent et me laissèrent partir ... pour Emily, ils devaient me laisser partir, prendre mes propres ailes.

Mais à un moment, je m'aperçus qu'il me restait presque plus de café et l'indicateur d'essence montrait qu'il était presque à sec. Allais-je devoir continuer le voyage à pied ? Il en était hors de question ! Bêtement, je stoppai la radio et me mit à siffller cet air bête mais qu'Emily adorait : Bittersweet symphony de The Verve. Elle adorait tant cette musique, qu'elle l'écoutait en boucle durant des journées. Quelques instants plus tard, je commençais à voir une station essence. Je m'arrêtais et me dis qu'il fallait faire rapide. Ainsi, je sortis et remarqua rapidement qu'il y avait une demoiselle juste à la pompe à côté de la mienne. Je lui fis un sourire rapide et bref, afin qu'elle n'imaginait pas que j'étais un serial-killer ou un criminel en tout genre. Je commençai à mettre quelques litres dans la voiture et sans faire exprès, je fixais cette fille. Elle lui ressemblait ... Comment cela se faisait-il ?! Non, Emily était morte, c'était juste une sosie ... Et pourtant ...

Je la fixais. Toutefois, je ne me rendais pas compte que cela pouvait peut-être être génant. Je la regardais tellement, la bouche légèrement ouverte avec cet air béât que tant de filles apprécient, que je ne me rendis pas compte que je mis plus d'essence qu'il ne me fallait. Quand j'eus repris mes esprits, j'enlevai rapidement la pompe et la remis à sa place d'origine. J'allais en direction de la station essence pour aller payer mais sans faire exprès, je percutai quelqu'un. Cette personne tomba par terre alors que moi, je me cognai contre le pare-choc d'une peugeot et je me fis laisser tomber vers le sol. Je ressentis une légère douleur au fond de la colonne vertébrale mais rien de grave ; une petite pommade ce soir fera l'affaire. Je restai là, assis et puis, je levai un peu la tête pour voir qui était cette personne qui était au sol de part ma faute. Là, le choc : c'était la sosie d'Emily. quelle gourde que je faisais. Comment faire ? Que dire ? J'essayai de me lever rapidement, avec cette douleur et tendis une main près de la demoiselle :

- Rien de casser, j'espère, lui dis-je. Je suis atrocement désolé, je suis toujours dans la lune, pensant à différentes idées. Des idées qui se percutent dans ma tête comme des météorites, commençai-je à narrer. Oh pardon, je me suis encore perdu dans mon discours alors que je vous proposai mon aide pale Ca va ?, ajoutai-je finalement.

EDIT : désolé du temps que ça a pris, j'ai eu des problèmes avec Internet Mad
Revenir en haut Aller en bas
Nora Warner

Nora Warner

Féminin Nombre de messages : 51
Âge du personnage : 19 ans
Moyen de transport : Le van d'Isis
Date d'inscription : 21/02/2009

Passeport
Voyage avec: Isis ; Joshua ; Leigh
Prochaine étape: Daytona Beach - Floride
Voyage depuis: Quelques semaines

I can do it .. Can I ? [J.J] Empty
MessageSujet: Re: I can do it .. Can I ? [J.J]   I can do it .. Can I ? [J.J] EmptyMer 25 Fév - 0:01

    Ils étaient quand même assez courageux de me laisser toute seule, je ne savais pas pour combien de temps encore, dans une station service. Pourtant, bon je ne pouvais rien dire à propos de Joshua que je connaissais à peine, ils savaient bien que j'avais tendance à attirer tous les problèmes. J'étais un aimant. Les trucs les plus incroyables, qui n'arrivent que dans les séries télé, ou dans les bandes dessinées, cela m'arrivait. J'avais été dotée de moins d'équilibre qu'un unijambiste, de l'agilité et de la grâce d'un éléphant. Qui sait ce qui aurait pu m'arriver ? J'aurais très bien pu casser par malheur la machine à donner de l'essence, ce qui nous aurait bien embêté étant donné que nous n'avions pratiquement pas d'argent sur nous, me faire couler de l'essence dessus par on ne savait quel miracle (il ne manquait plus qu'un débile allume une cigarette et chpffou plus de moi). J'aurais pu me faire kidnapper, suivre un violeur par inadvertance, me faire prendre en otage. Me faire menacer avec un pistolet, qu'on me mette un couteau au cou, et encore plein d'autres choses. Aux États Unis, on pouvait dire que le crime était assez présent .. Et que j'étais aussi très paranoïaque. On pouvait dire que j'étais le cliché de la fille maladroite, avec seule exception que ça pouvait paraître mignon dans les films, et qu'avec moi, ça n'avait l'air de rien d'autre que du ridicule. Qui en avait pâti ce jour là ? Cet inconnu. Ce possible violeur/kidnappeur/voleur/pédophile (quoi que il avait l'air bien jeune). Je l'avais fixé, et cela avait du l'énerver. Cela devait être ça ! Et dans quelques minutes, je serai soit en train de me vider sur mon sang au bord de la route, soit déjà découpée en morceaux et jetée dans le lac. Pourquoi l'avais-je bousculé ! Quelle idiote j'étais. Idiote, Idiote, idiote. Il n'y avait vraiment que moi pour provoquer des accidents pareils, et j'en étais toujours exaspérée. Si ça se faisait, il pouvait avoir des accès de rage assez impressionnants, et pouvait taper tout ce qui se trouvait dans son passage. Dont moi.

    Lorsque je commençais à tomber en arrière, je me demandais si j'avais été frappée, ou si j'avais percuté. Après quelques secondes de réflexion, sachant que j'avais percuté, je tombais sereine sur le sol, et sur le dos bien évidemment. Je ressentis des petits picotis dans le haut de celui-ci, surement que mon maigre t-shirt n'avait pas empêché ma peau de s'érafler, et je soupirais dans un quasi silence de ma maladresse numéro 1. Je n'avais pas tellement envie de me relever, après tout, j'allais surement croiser un regard noir. La personne allait m'insulter, j'allais partir en pleurant et en m'excusant, j'avais l'habitude. Beaucoup trop émotive. Il faut me baffer. J'observais le ciel, dégagé de nuages ce jour là, qui me donna directement un affreux mal de tête. Après la voiture, le ciel, décidément, toutes les forces de la nature étaient contre moi aujourd'hui .. Même si j'avais bien passé de pires journées. Rapidement, mon champ de vision fut obstrué par une main qui était tendue, et je plissais les yeux quelques secondes avant d'analyser. J'attrapais la main, en espérant que ça ne soit pas celle du potentiel .. psychopathe, pour résumer, et me relevait non sans pousser une petite exclamation de douleur. Pathétique. « Rien de casser, j'espère » Je me frottais le crâne avec désappointement. Était-ce une technique avant de m'attirer dans les bois pour m'égorger ? Il fallait que je paraisse gentille. Ce que les inconnus pouvaient me faire peur. Je l'écoutais divaguer, remarquant qu'il s'excusait, et fronçait les sourcils sur sa dernière phrase. « Ça va ? » Je haïssais tout simplement que l'on me pose des questions. Pourquoi tous les gens que je rencontrais se sentaient l'obligation de me demander des choses de ce genre ? Je haïssais. Surtout lorsque ces dites questions n'apportaient qu'un gâchis de salive, chose que je n'aimais particulièrement pas. Je restais quelques moments à fixer la figure de l'inconnu, sans (oh dieu !) croiser son regard, histoire d'analyser un peu ses expressions faciales, chose à laquelle je m'adonnais particulièrement souvent. Mais remarquant, au bout d'un certain temps, que j'avais créé un silence assez gênant, je sursautais légèrement et relevait mon dos.

    Un maigre sourire me vint au visage, car même si j'étais connue pour être souriantes, ceux ci n'étaient jamais brillants, et je jetai mon regard au sol. « Oui .. ça va. Enfin ! Non, ça ne va pas. Zut .. » Je fronçais les sourcils et passait une main hagarde dans mes cheveux. J'étais particulièrement douée pour troubler mes interlocuteurs. « Je veux dire .. ne t' .. de vous excusez pas. C'est moi qui vous ai foncé dedans. Quelle maladroite. » Je me donnais une petite tape sur la tête, en bonne idiote que j'étais. Lorsque je parlais à des gens, n'importe qui ces gens soient ils, je ressentais le besoin, ou plutôt, je ne pouvais pas m'empêcher de paraître ridicule. (ah, ce mot revient souvent ?). Soit j'avais l'impression qu'ils venaient tous de la planète Mars, soit j'avais l'impression que j'étais la seule qui venait de là bas. Parfois, je m'amusais à imaginer que j'étais un extraterrestre envoyé sur Terre pour effectuer un rapport sur le mode de vie des humains. J'étais plutôt forte, pour faire ça. « Et vous, ça va ? Je suis désolée. Désolée, désolée, désolée. C'est mes pieds. Je crois qu'ils ne m'aiment pas. » Sentant encore des picotis dans mon dos, je prenais ma main et la soulevait au dessus de mon épaule pour aller toucher le haut du dos, et fronçait les sourcils en touchant la zone concernée. Aie. Je ramenais ma main devant mes yeux, qui bien sûr, était légèrement couverte de sang au bout des doigts. Je devais être bien belle à regarder, de dos. « Il faudrait peut-être, que j'aille .. » Je lançai un regard vers la station service, mais me rappelait de la mission qui m'avait été confiée. Si jamais je retournais là bas, que je disais que j'étais tombée sur quelqu'un et que je m'étais écorché la peau du dos, ils allaient tous se moquer de moi. Car c'était un moment tellement .. Nora. Et je n'aurais pas fait ce qu'ils m'avaient demandé. Prenant mon courage à deux mains, j'arborais un plus grand sourire et reprenait la parole. « En fait vous .. Enfin, par hasard vous .. Ne sauriez pas faire un plein d'essence ? » Je savais bien qu'il savait le faire, il venait lui même de remplir sa voiture, mais il fallait que je ne choisisse pas bien mes mots. « Enfin non. Oubliez. C'est stupide. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




I can do it .. Can I ? [J.J] Empty
MessageSujet: Re: I can do it .. Can I ? [J.J]   I can do it .. Can I ? [J.J] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
I can do it .. Can I ? [J.J]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On the Road :: LE SUD AMERICAIN :: F L O R I D E-
Sauter vers: