Qui n'a jamais révé de tout plaquer, pour vivre l'aventure de sa vie ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hypolite Weesenbeek

» Everyone's a winner, we're making our fame...
avatar

Féminin Nombre de messages : 564
Age : 29
Âge du personnage : 24 ans
Moyen de transport : Ses pieds, son pouce.
Date d'inscription : 11/01/2009

Passeport
Voyage avec: sa conscience
Prochaine étape: Nashville ; Tennessee
Voyage depuis: environ deux semaines ; ou bien trois ?

MessageSujet: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   Mer 25 Fév - 13:15


Au début, on se dit que ça sera sympa, de faire du stop. C'est vrai... ça sera comme dans les films. On se dit qu'il n'y a pas de raisons pour que ça ne marche pas. On nous prendra en voiture, et le temps passera. On fera du chemin... oui oui, ça ira.
EH BIEN NON !
Ce n'est pas comme ça chaque jour. Cela doit dépendre des heures, ou bien de la lune. De l'humeur des gens... ou de la chance ; ça dépend à quoi on croit. Ly ne croit pas tellement à la chance, du moins, cette croyance suit ses humeurs... ouais, vous voyiez le genre. Le soleil du Tennessee tappe sur sa tête.

Il était environ 15 heures, la journée était donc déjà bien entamée, et le soleil était bien haut dans le ciel. Les cheveux blonds du jeune homme étaient brulants, et ses yeux bleus n'en pouvait plus de temps de luminosité. Il était parti sans ses lunettes de soleil et n'avait pas encore eu l'occasion d'en acheter... dès qu'il entrait dans un magasin, c'était pour se jeter sur la nourriture et les sodas. Des heures de privation, pour ce jeune homme qui avait toujours un frigo plein à craquer... c'est difficile.
Il était donc 15 heures, et aucune voiture ne semblait l'avoir aperçu depuis deux longues heures. Pour ne pas perdre inutilement son temps, il décidait de marcher en même temps. Son sac sur le dos, son pouce en l'air, ses yeux plicés, fixant l'horizon de bitûme... il avançait, vers Nashville. C'était sa prochaine étape, même s'il n'avait rien qui l'attendait là-bas. Disons que cette ville avait une réputation très intéressante, elle semblait captivante et parfaite pour se distraire. Il avait hâte de se perdre au milieu des ruelles remplies de Country, et de laisser aller ses sens, sans contraines aucune. Pour cela, il aurait fallut que quelqu'un veuille bien le prendre à bord de son véhicule.

Hypolite n'avait pas la tête d'un voyou, pourtant. Bon, okay, son jean montrait quelques signes de laissé-aller et ses joues étaient couvertes de trois ou quatre jours de barbe... mais cela suffisait-il à effrayer les gens ? Il aurait aimé gueuler qu'il était de bonne famille et parfaitement inoffensif... mais à quoi bon ?
Las, Lee s'aprettait à baisser son bras endolori et à s'installer un peu plus loin, quelque part où un peu d'ombre viendrait le soulager. C'est à ce moment là qu'un camion s'arrêta à sa portée. YOUPI, enfin quelqu'un pour le prendre, se dit-il. Tandis qu'il s'approchait du véhicule, la portière passager s'ouvrit... et une jeune femme en sorti, la claquant derrière elle. Le moteur repartit de plus belle, et les deux jeunes routards furent rapidement couverts de poussière. Ly était tellement lassé par tout ceci, qu'il ne trouva même pas le courage de râler ou de se plaindre. Il se laissa tomber sur le sol, les fesses sur le sable brûlant, le sac toujours sur son dos.

L'espoir, quand il n'aboutit à rien, a tendance à atteindre le moral. Voyageant seul, personne n'était là pour le secouer, pour le redresser, pour le faire espérer.
Une fois encore, il regrettait d'être parti sur cet imbécile de coup de tête. Qu'espérait-il, hein ? Que ça serait facile ? Que ça serait drôle ? Son monde était fort loin d'ici, et il n'aurait jamais du le quitter. Certains tueraient pour être à la place qu'il occupait : jolie fiancé, bel appartement, compte en banque rempli et cartes de fidélité dans les plus grandes boutiques. On est jamais content de ce que l'on a...

[J'espère que ça t'iras. Je n'ai pas RP depuis... deux mois ?! Ou davantage Laughing]

_________________



Pools of sorrow
waves of joy
are drifting through
My opened mind,
Possessing and caressing me…

(c) avatar par Nepenthès / Gif by FoX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stainless.e-monsite.com/
Eleanor Anywhere

avatar

Féminin Nombre de messages : 117
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Moyen de transport : Une Chevy Impala 67
Date d'inscription : 23/02/2009

Passeport
Voyage avec: son esprit.
Prochaine étape: où la conduira le prochain chauffeur.
Voyage depuis: 6 mois.

MessageSujet: Re: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   Mer 25 Fév - 17:28

Eleanor marchait depuis au moins 5heures quand le camion passa près d'elle. Elle s'empressa de se mettre sur le milieu de la route pour se faire embarquer à bord. Les routiers étaient souvent les plus compréhensifs et laissait monter les jeunes filles dans son genre très facilement. Puis il faut dire, qui ne l'aurait pas pris ? Chez les mecs, bien sur. Elea portait un short en jean et une chemise blanche (enfin elle avait été blanche, jadis) toute froissée et mal attachée. Ses cheveux était ramené en un chignon completement mal fait. Elle n'avait pas pris de douche depuis 2 jours, elle n'avait pas eu l'occasion de dormir dans un hotel depuis pas mal de temps. Son sac à dos énorme lui broyait les épaules, et elle tenait à la main une branche qu'elle avait ramassé il y a plusieurs jours, et avec laquelle elle fendait l'air comme une gamine jouant à un quelconque chevalier.


Elea monta alors à bord du camion et elle comprit tout de suite, en voyant les calendriers de filles nues accrochées dans la cabine, qu'elle était tombée avec l'un de ses boeufs américains. Elle lui sourit et le salua d'un signe de tête en claquant la portière derrière elle.


- Merci ..


- Ou tu vas, petite ?

- Ou vous vous arreterez ..


Eleanor sourit une nouvelle fois et essaya de ne pas faire attention au petit sourire pervers du conducteur. Elle sentait que la journée allait être lonnnngue ! Elle s'accouda à la portière, passa sa main dans ses cheveux et se concentra sur la route. Elle n'était pas du genre à causer beaucoup, elle avait un peu perdu l'habitude, depuis le temps qu'elle vagabondait seule dans le coin. Le chauffeur s'amusa à lui raconter sa vie. Elea répondait par des "hmm .. oui .." laissant le gros lourd parler seul.

Au bout d'un peu plus d'une heure, le routier lui signala qu'il était bientôt arrivé à destination et il ajouta, avec un petit clin d'oeil, qu'il aurait aimé être payé .. En nature. Elea se retourna vers lui, l'air dégoutée.


- Laissez moi descendre ..

- Petite, il faut me pa..

- LAISSEZ MOI DESCENDRE !!!


Elle prit le volant et l'obligea a se mettre sur le bas-côté. Le mec, pris de surprise, ne comprit pas ce qu'il se passa et, avant qu'il n'ai eu le temps de réagir, Elea était sortit du camion en claquant la portière. Elle jeta son sac par terre et leva le poing quand le conducteur reparti.


- Espece de sale pervers !!


Elle soupira, et se laissa tomber allongée sur le sol, elle était épuisée. C'est alors qu'elle remarqua qu'elle n'était pas seule. Sur des milliers de km, elle avait choisi de s'arreter au même endroit que ce garçon. Oups, il allait maintenant la prendre pour une folle, ce qui n'était pas vraiment son genre. Elle le fixa alors, sans rien dire, attendant qu'il fasse le premier pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypolite Weesenbeek

» Everyone's a winner, we're making our fame...
avatar

Féminin Nombre de messages : 564
Age : 29
Âge du personnage : 24 ans
Moyen de transport : Ses pieds, son pouce.
Date d'inscription : 11/01/2009

Passeport
Voyage avec: sa conscience
Prochaine étape: Nashville ; Tennessee
Voyage depuis: environ deux semaines ; ou bien trois ?

MessageSujet: Re: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   Mer 25 Fév - 20:20


" C'est vraiment trop bête... je crains pas les pervers, j'aurais bien pris ce camion. Dommage que tu l'es mis en rogne... " soupira le jeune homme.

Bon, à vrai dire, le chauffard ne l'aurait surement pas pris, puisqu'il n'avait rien sous son t-shirt et pas non plus de mini-short. Surement pas son genre... Il comprenait néanmoins que la jeune femme soit sortie dans un tel état, il se doutait de ce qui avait du se passer. Beaucoup de gars étaient des pervers, surtout les routiers qui ne voyaient personne. Ly admirait ces filles qui voyageaient seules, elles étaient bien plus courageuses que lui. C'est dans ces moments là qu'il était plutôt content d'être un homme ; il n'avait pas ce genre d'ennui. Au pire, les petites vieilles lui faisaient des sous-entendus déplacés, en battant de leurs cils trop maquillés... mais il pouvait se défendre, haut la main.

" C'est fou ça, faut être bien fouttue pour se faire prendre en stop. Entre toi et moi y'a pas photo, tout le monde te prendra toi... " soupire-again.


Voilà donc qu'ils étaient affalés sur le bord de la route, comme deux malheureux. Elle silencieuse, lui se plaignant. Elle, trahit par un pervers, lui, abandonné par le monde. Les pauvres. Comme quoi, faire du pouce n'est pas une mince affaire, comme certains se l'imaginent en partant vivre ce genre d'aventure. Oui, comme il l'avait lui même fait. Oh bin croyez le, il avait compris la leçon. Tétû et fier, il ne se résignait quand même pas à faire demi-tour, il n'avait encore rien vu, il venait à peine de quitter la Louisiane ! Il aurait bien trop honte de retourner, la queue entre les pattes, tête baissée, chez lui. Pardon Maman te t'avoir fait peur, pardon Breanne te t'avoir plaqué comme un moins que rien. Ah ah, jamais de la vie. Il voulait se convaincre qu'il valait mieux que ça ; la poussière dans les yeux ne le ferait pas reculer.

"Sinon... tu vas où, comme ça ?" demanda-t-il, histoire d'un peu délier sa langue.
Le dernier routard qu'il avait croisé était un Mister Musclor, et ça dâtait de trois jours. Depuis, il avait vaguement parlé à des conducteurs, mais les discussions l'étaient pas les mêmes.
Ils ne s'étaient toujours pas relevés, Hypolite reposait enfin ses jambes et cela lui faisait un bien fou. Il manquait néanmoins un café, une bière ou des cacahuètes, et la scène pourrait tourner à la détente.

Ly pensa alors que, peut-être, ils feraient une bonne équipe, au moins jusqu'à leur prochaine étape. C'est vrai, une femme seule attirait les convoitises, et un homme seul inquiétait. Un couple, qu'il soit réel ou factice, avait tendance à rassurer. Gentils jeunes gens, peut-être font-ils leur voyage de noce en Amérique ? Les gens étaient naïfs, les berner était un jeu d'enfant. Cela mettrait d'ailleurs un peu de piment à la journée des jeunes gens.
Lee ne le lui proposa tout de même pas de suite. Mieux valait faire un peu sa connaissance, voir si elle était sympathique -ou du moins supportable- avant de s'engager. Qui sait, ça se trouve, elle était une vraie pipelette, ou bien désagréable, peut-être même dangereuse... Pas de précipitation ! Sur la route, on peut croiser de tout, vigilence. Il avait déjà failli se faire chourer son sac une fois par un cycliste, il ne voulait pas réitérer la prise de risque.

_________________



Pools of sorrow
waves of joy
are drifting through
My opened mind,
Possessing and caressing me…

(c) avatar par Nepenthès / Gif by FoX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stainless.e-monsite.com/
Eleanor Anywhere

avatar

Féminin Nombre de messages : 117
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Moyen de transport : Une Chevy Impala 67
Date d'inscription : 23/02/2009

Passeport
Voyage avec: son esprit.
Prochaine étape: où la conduira le prochain chauffeur.
Voyage depuis: 6 mois.

MessageSujet: Re: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   Mer 25 Fév - 22:30

Eleanor regardait toujours le garçon à côté d'elle. Elle le laissait parler, ne disait rien. Elle pouffa de rire lorsqu'il se plaignit de faire du stop. Visiblement, personne ne le prenait. S'il pensait que c'était si facile pour elle ! C'était tout le contraire. Elle avait de la chance d'avoir de longues jambes bronzées, ce qui attiraient les routiers débiles et répugnants comme celui qu'elle venait de quitter. Et encore, c'était bien rare. Il ne devait pas l'envier, car elle avait marché pas moins de 5heures avant de croiser enfin un camioneur ! Miracle sur sa route ! Surtout qu'il faisait une chaleur à crever. D'ailleurs, ça lui faisait du bien d'être allongé là sur le sol. Le soleil lui avait tapé sur la tête toute la journée et ça l'avait bien fatiguée.

Puis il lui posa la question. LA question, qui allait lui permettre de la juger, ou non. En vérité, elle allait nul part. Elle s'était perdue, non pas sur la route, mais dans son esprit. Elle voulait simplement se retrouver, et faire le tour des Etats-Unis. Elle retournerai chez elle lorsqu'elle aurait répondu à toutes les questions. Et lorsqu'elle ne souffrira plus de la mort de son père, qu'elle acceptera de faire sa vie, seule. Elle avait choisit une façon très radicale de se retrouver. Certains se mettent au sport, d'autres sortent plus souvent. Elle, avait tout plaqué. Tout ? Elle n'avait plus rien, alors ça n'avait pas été si difficile, finalement ..

Elle se tourna sur la gauche, posa son coude sur le sol pour soutenir sa tête et lui sourit. Alors, où allait-elle ? Elle soupira, faisant style d'être exasperé, et lui répondit enfin.


- Je vais .. Au bout du monde !


Elle se redressa et, toujours assise, elle s'adossa à son sac en croisant les jambes. Elle attrapa la branche qu'elle avait lancé par terre en sautant du camion, et se mit à fendre l'air avec. Il allait la prendre pour une gamine, ce qui n'était absolument pas le cas. Pour une gamine de 19 ans, elle était drôlement mature. Beaucoup plus mature qu'elle n'en avait l'air, déjà. Depuis sa naissance, elle n'avait vécu qu'avec son père et lorsqu'il travaillait, elle devait s'élever toute seule. Ce n'est plus une enfant depuis pas mal de temps, déjà.


- Je vais conquérir l'Amérique ! T'y crois, toi ?


Elle le regarda en souriant un instant. Il la regardait comme s'il se demandait sur quelle planête elle habitait. Puis elle ajouta :


- Et pour ta gouverne, ce pervers n'aurait jamais laissé monté un gars dans son camion. Crois moi, tu n'avais aucune chance ! ^^


Elle se retourna et sortit de son sac à dos une bouteille d'eau à moitié rempli. Elle en but rapidement une gorgée et la lança à côté d'Hypolite. Dans ses conditions, personne ne refusait un peu d'eau ! Surtout que le soleil tapait vraiment fort, aujourd'hui ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypolite Weesenbeek

» Everyone's a winner, we're making our fame...
avatar

Féminin Nombre de messages : 564
Age : 29
Âge du personnage : 24 ans
Moyen de transport : Ses pieds, son pouce.
Date d'inscription : 11/01/2009

Passeport
Voyage avec: sa conscience
Prochaine étape: Nashville ; Tennessee
Voyage depuis: environ deux semaines ; ou bien trois ?

MessageSujet: Re: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   Jeu 26 Fév - 1:25

Au début peu bavarde, il craignait même qu'elle ne lui réponde jamais. Pourtant, elle n'était pas muette, elle avait même une sacrée voix, quand elle gueulait contre les chauffeurs de camion, il en avait été témoin !
Il tenta donc d'entamer une conversation, plus pour son plaisir personnel que pour celui de la jeune femme. Les globe-trotters parlaient plus facilement, c'était sympa, comme ambiance. C'était plus naturel, plus spontané ; lui qui pourtant n'avait été habitué qu'à une société d'apparences. Cela lui faisait un changement très agréable.

Finalement, la jeune femme parla à son tour, après avoir sourit et s'être calé plus confortablement. Le sol, ils ne voulaient plus le quitter. Au bout du monde, tiens ! C'est vrai que, parfois, l'Amérique y ressemblait. On disait que le Canyon était phénoménal, qu'on se sentait immensément libre dans les Rocheuses, et qu'on pouvait être en paix avec soit même dans certains déserts. Il avait hâte de les atteindre, mais ne se sentait pas encore prêt pour ces grands espaces. Les routes, les campagnes et les villes du Tennessee semblait être un apéritif utile. Il apprendrait à se débrouiller par lui même, à survivre... avant d'aller se perdre au fin fond de nulle part. Il comprenait donc son expression du bout du monde.

Elle s'installa davantage, se calant comme sur un sofa, devant un bon film. Elle se saisit d'une branche et fouetta l'air à plusieurs reprises, un air vaillant sur le visage. Ly se retint de ne pas éclater de rire. Pas par moquerie, non... juste parce que c'était atypique, et surprenant. Lui qui désespérait et s'imaginer finir ses jours ici, déshydraté sur l'Interstate... finalement, non. Elle lui parla de conquête... une chevalière ? Elle se prenait pour telle.

" Tu as l'air bien armée et motivée... ouais, j'y crois."

Cette fille était bizarre, c'était sûr. Mais dans le bon sens du terme. Le genre qui vit tout simplement, sans se prendre la tête constamment. L'opposé de ce qu'il avait connu, de ce qu'il avait quitté. Celles.
Ly ôta les bretelles de son sac à dos, encore accrochées à ses épaules. Il tourna sa nuque dans plusieurs sens, histoire de délier ses muscles endoloris. Tandis qu'elle lui signalait que le routard ne l'aurait jamais pris au bord de son engin, il se passa une main dans les cheveux. Gloup, il ne les avait pas lavé depuis environ 4 jours... ça commençait à lui manquer.

"Il sait pas s'qu'il loupe..." Dit-il en plaisantant.

Décidément, elle avait la bougeotte. Voilà trois fois qu'elle bougeait depuis qu'ils étaient assis sur le sable ; autant dire peu de temps. Cette fois-ci, c'était pour saisir une chose dans son bagage. Une bouteille d'eau. TING, les yeux du jeune homme s'illuminèrent presque instantanément. A boire, oh ! Bon, il aurait préféré un bon coca-cola, sans glaçon s'il vous plait, mais c'était mieux que rien. Il ne lui restait que de l'eau dâtant de hier, autant dire que son goût avait quelque chose de... vieux. Sans parler de sa température. S'il avait eu sur lui un sachet de thé, à tous les coups, ils auraient pu le faire infuser.
La jeune femme, par politesse ou ayant remarqué son regard, lui lança la bouteille. Ly s'en saisit et en avala quelques petites gorgées, histoire de ne pas liquiter son stock. Poli et gentleman !

" Avant d'atteindre la fin du globe, tu t'arrêteras bien quelque part ? Quelle est ta prochaine étape ?
J'me disais que si on voyageait à deux, tu vois, genre en couple... les voitures s'arrêteraient avec plus de confiance. Enfin, c'est une théorie... qui mérite peut-être d'être testée... ?! "

_________________



Pools of sorrow
waves of joy
are drifting through
My opened mind,
Possessing and caressing me…

(c) avatar par Nepenthès / Gif by FoX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stainless.e-monsite.com/
Eleanor Anywhere

avatar

Féminin Nombre de messages : 117
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Moyen de transport : Une Chevy Impala 67
Date d'inscription : 23/02/2009

Passeport
Voyage avec: son esprit.
Prochaine étape: où la conduira le prochain chauffeur.
Voyage depuis: 6 mois.

MessageSujet: Re: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   Jeu 26 Fév - 17:27

La jeune fille sourit doucement. Tiens, il ne lui avait pas dit que ses chances de conquérir l'Amérique était vaine. Il avait de l'humour, c'était une bonne chose ! La plupart des gens comme eux, ces gens qui avaient tout quitté, tout plaqué, étaient bien différents des gens superficiels comme on en rencontrait à New-York ou Paris. C'était dommage, car ils oubliaient de rever, de profiter et passaient vraiment à côté de quelque chose. Elle n'oubliait pas de réver, elle voulait avoir des choses à raconter plus tard à ses enfants et ses petits enfants, plutôt que des "j'ai travaillé pendant 40 ans en tant que secrétaire médicale". Elle avait toujours eu une âme d'aventurière. Son père lui avait transmis ça depuis qu'elle était toute petite. Malheureusement maintenant, il n'était plus là. Alors elle se devait de lui faire honneur !

Elle se gratta la tempe d'un air distrait et tourna son regard vers lui. Elle l'écouta faire sa proposition en retenant un petit sourire. C'est vrai que pour lui, ça serait plus simple, effectivement. Elle, ça lui importait peu vu qu'elle arrivait tout de même à se faire embarquer dans des véhicules, et qu'elle n'avait pas de but fixe, à part marcher, marcher tout droit et encore marcher jusqu'à ce qu'elle tombe sur la mer et qu'elle fasse demi tour. Mais elle voulait rire, ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas ris avec quelqu'un et ça lui manquait. Alors, elle ouvrit grand sa bouche et ses yeux, essayant de cacher le petit sourire malicieux qui brillait à ses lèvres. Quoi, il osait lui proposer de mimer un couple ? Elle se retint de rire, et pris un air complètement effaré.


- Quoi ?!
Tu es en train de me faire des avances alors qu'on se connait depuis à peine une petite minute ?!
Et moi qui ai osé te prêter de l'eau, je suis outrée ! (a)


Elle ne put se retenir plus longtemps et se mit à rire. Qu'est c'que ça faisait comme bien de retrouver quelqu'un avec qui parler et rire. Même si sur ce coup, elle serait peut être la seule a rire ! Bien sur qu'elle allait accepter, ça pouvait être sympa. Puis elle n'avait pas d'obligation envers lui, elle ne ferait que partager sa route un moment. Elle n'avait pas de prochaine étape, elle irait ou il s'arreterait puis les chemins se sépareraient surement, comme toujours. Elle tourna la tête droit devant elle, les yeux rivés vers l'horizon et ajouta :


- Je n'ai pas de prochaine étape.
Je vais où le vent me mène, même si le vent est rare, ici.
Ton idée n'est pas mauvaise, inconnu .. J'accepte ! (:


Eleanor retourna une nouvelle fois son regard vers le jeune homme et hocha la tête en souriant. Elle ne se méfiait pas. Il aurait pu être dangereux, un violeur ou un assassin, elle n'y pensa même pas. Elle savait se défendre, et ne se posait pas de question. Oui, finalement elle ne se prenait jamais la tête. Ca pouvait être une qualité comme un défaut. Elle verait bien par la suite, de toute façon ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypolite Weesenbeek

» Everyone's a winner, we're making our fame...
avatar

Féminin Nombre de messages : 564
Age : 29
Âge du personnage : 24 ans
Moyen de transport : Ses pieds, son pouce.
Date d'inscription : 11/01/2009

Passeport
Voyage avec: sa conscience
Prochaine étape: Nashville ; Tennessee
Voyage depuis: environ deux semaines ; ou bien trois ?

MessageSujet: Re: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   Ven 27 Fév - 21:12

Hypolite lui soumit donc sa suggestion, en y allant droit au but. Il était tout de même hésitant, c'est vrai que cette idée était un peu saugrenue. Certaines auraient pu mal le prendre, le traiter de profiteur, de pervers, et partir en hurlant, comme elle l'avait fait quelques instants plus tôt en quittant le camion. Il y alla donc doucement, avec prudence, avec politesse, comme si l'idée était spontanée alors qu'elle avait germé sitôt qu'ils avaient commencé à parler. Il y a en gros 5 minutes, tout au plus.

Mince, voilà qu'elle le prenait pile comme écrit ci-dessus. Elle s'offusquait, elle pensait qu'il tentait de la séduire. Oh, mince ! Ly était tout paniqué à présent. Il s'était redressé, avait une tête de gamin qui vient de payer pour une bêtise qu'il n'a pas commise, et il ne savait plus quoi dire pour rattraper cette bourde.

"Non, non, pas du tout... C'est pas c'que tu... Aaah, tu te fous de moi, hein ? Rha, ça alors ! Comme un gros débile, j'ai marché... tu m'as bien eu..."

Il venait de comprendre en la voyant éclater de rire. Ouf, soulagement. Il se trouva bête pendant une seconde, et se mit à rire avec elle la seconde d'après. C'est vrai que c'était sympa, là, de rigoler, même s'ils ne se connaissaient pas. Rire seul, c'était difficile, et ça faisait encore plus fuir les voitures. Un attardé, qui le prendrait, hein ?
Rassuré, puisqu'elle plaisantait et ne le prenait en fait pas pour un pervers ni un goujat, il se re-installa contre son sac et lui rendit sa bouteille en la lançant. Elle détourna ensuite les yeux et, tout en fixant une destination qu'il ne connaissait pas encore, lui répondit que... bin que justement, elle n'en avait aucune. Là où le vent la mènerait... lui aussi disait souvent ceci. C'était une belle expression, celle-ci traduisait la liberté qu'ils ressentaient, et l'inconnu vers lequel ils se dirigeaient.

Elle accepta finalement la proposition du jeune homme, et lui fit remarquer qu'ils ne s'étaient pas présentés. Décidemment, il manquait souvent à ses obligations d'homme bien éduqué, ces temps-ci. Comme quoi, l'habit fait le moine. Le voilà en vagabond, et monsieur oublit les bases de son éducation.

"Oh, exact... Je m'apelle Hy... Ly. Je m'appelle Ly, et je me dirige vers Nashvile. Après ça, on verra bien... mais pour le moment, ça sera ça. Et toi, donc, comment t'appeles-tu ? C'est vrai que si on veut se faire passer pour de jeunes mariés, mieux vaut au moins savoir comment s'appelle sa douce moitié..."

Hypolite, ça faisait trop pompeux, et c'était trop peu courant. Il n'y avait pas trente six milles Hypolite en Amérique, et il souhaitait rester mystérieux. Ly (ou Lee, Li, on s'en fiche, les prononciations sont les mêmes) convenait donc parfaitement. En plus, il n'avait jamais été très fan de son prénom, symbole de l'origine française de sa famille... vouai, vouai, vouai. Barbant. Il en avait finit avec tout ça.

_________________



Pools of sorrow
waves of joy
are drifting through
My opened mind,
Possessing and caressing me…

(c) avatar par Nepenthès / Gif by FoX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stainless.e-monsite.com/
Eleanor Anywhere

avatar

Féminin Nombre de messages : 117
Age : 28
Âge du personnage : 19 ans
Moyen de transport : Une Chevy Impala 67
Date d'inscription : 23/02/2009

Passeport
Voyage avec: son esprit.
Prochaine étape: où la conduira le prochain chauffeur.
Voyage depuis: 6 mois.

MessageSujet: Re: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   Sam 28 Fév - 16:56

Eleanor lui sourit pour le rassurer. Ca va, il n'avait pas pris mal sa blague idiote, et c'était tant mieux. Ca aurait été dommage qu'il la prenne pour une folle a peine quelques minutes apres s'être rencontré ! Elle pouvait paraitre étrange aux premiers abords. Pas méchante, mais étrange. Elle était différente, elle n'avait pas eu une vie comme les autres gens de son age. Elle n'avait jamais été comme les autres. En même temps, ces gens qui décidaient de partir et de tout quitter pour l'inconnu, pour l'aventure, n'étaient jamais comme les autres. Ils avaient quelque chose en plus, ou en moins.

Elle attrapa sa bouteille en vol, en but rapidement une nouvelle gorgée et la rangea dans son sac. Elle ramena ses genoux contre sa poitrine et encercla ses jambes avec ses petits bras fins, son regard toujours fixé sur l'horizon. Puis il se présenta. Elle tourna les yeux vers lui et hocha la tête.


- Enchantée, Ly.
Je m'appelle Eleanor.
Tu peux m'appeller par tout les noms que tu veux, même Simone, si tu préfères !


Eleanor lui fit un clin d'oeil, un grand sourire apparaissant sur son visage. Alors ils allaient devoir jouer un couple de jeunes mariés en partance pour Nashville. Elle était déjà aller à Knoxville, juste à côté, ça ne devait pas être différent. Mais Nashville, la ville des grands rois de la musique ! Elle avait hâte d'y être. Elle adorait la musique, surtout ce genre là. Son père l'avait bercé avec du Elvis, du Jerry Lee Lewis et tout ces genres là. Elle sentait déjà qu'elle allait s'éclater !

Puis se fut plus fort qu'elle, curieuse comme elle était, elle lui demanda :


- Mais .. Pourquoi Nashville ?
J'veux dire, si on me pose la question, qu'allons nous faire à Nashville ?


Oui, c'était sa façon à elle de lui demander pourquoi il partait. Il ne lui répondrait surement pas, la plupart des globe trotteurs se contentaient d'avancer, sans parler d'eux. Ils partaient bien souvent pour fuire leur passé, pour oublier, pour créer quelque chose de nouveau, en quelque sorte. C'était également ce qu'elle faisait, d'ailleurs. Partir, pour ne plus jamais revenir. Grâce à ce voyage, elle ne serait plus jamais la même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypolite Weesenbeek

» Everyone's a winner, we're making our fame...
avatar

Féminin Nombre de messages : 564
Age : 29
Âge du personnage : 24 ans
Moyen de transport : Ses pieds, son pouce.
Date d'inscription : 11/01/2009

Passeport
Voyage avec: sa conscience
Prochaine étape: Nashville ; Tennessee
Voyage depuis: environ deux semaines ; ou bien trois ?

MessageSujet: Re: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   Dim 1 Mar - 1:38

Cette jeune femme était vraiment très très étrange. Après avoir joué au chevalier et s'être payé sa tête, voilà qu'elle lui parlait de Simone, un prénom qu'il pouvait utiliser pour elle. Lui, ou tout ce qu'il voudrait. Eleanor, pourtant, c'était joli ; plus joli qu'Hypolite. Si elle ne craignait pas les prénoms bizarres, peut-être aurait-il pu lui dire son vrai nom. Quoique non, ça cataloguait trop. Pour s'appeler ainsi, fallait être bourge, c'était clair et net. Et chut, c'était ancien, tout ça. Dépassé. Out. Fini. Avec sa "fugue", il allait être renié à coup sûr, comme son grand frère, et la vieille fortune familiale finirait... à l'état, à un vieux cousin... qu'importe.

"Simone... c'est charmant... mais ils font capter la supercherie si tu ne te retournes pas quand j't'appelle..."
Il sourit, d'un petit sourire craquant, le premier de la journée. Involontaire, bien entendu. Enfin, celui-ci l'était, même s'il savait le faire sur commande.
Elle lui lança aussi un large sourire, et même un clin d'oeil. Une complicité pourrait facilement se dégager d'entre eux deux, les chauffeurs tomberont facilement dans le panneau, héhé.

Tiens, à elle finalement d'un peu parler. Elle lui demanda pourquoi Nashville. Oui, tiens, pourquoi ! Il la forçait à prendre cette direction, elle était bien sympa d'accepter.

"Parc'qu'il parait que c'est super. Country à fond, alcool à volonté, concerts aux coins de rue... le genre de ville libre, sans... euh... sans tout les chichis des autres grandes villes. ça donne envie. On va bien voir si Nashville a une réputation bien fondée !"

Il semblait enthousiaste, motivé. Impatient de s'y trouver, et donc de s'y rendre. Elle lui demanda une précision sur leur scénario. Ouais, fallait qu'ils se mettent en accord sur les principaux points.

"Mh... on va voir ma pauvre belle maman qui veut voir quel imbécile tu as épousé, sans inviter personne ? Ou bien... on se fait notre voyage de noces ?! Ou alors... j'en sais trop rien. Si tu as une bonne idée, c'est le moment !"

Une tête qui reste au soleil toute une matinée, et un esprit qui s'énerve et cogitte, seul sur le bord de route, c'est un frein à l'inspiration.

"Tu voyages depuis combien de temps, comme ça ? Tu es toujours toute seule ? T'as pas peur ?"
Cela l'intriguait vraiment. Une petite brindille comme elle, seule, sur les routes... c'était surement dangereux et risqué. Et puis, il se demandait pourquoi une jeune femme pétillante comme elle semblait l'être en était venue ici ; sans toutefois entrer dans les détails, certes.

_________________



Pools of sorrow
waves of joy
are drifting through
My opened mind,
Possessing and caressing me…

(c) avatar par Nepenthès / Gif by FoX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stainless.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On the road... y'a de quoi piquer une crise. [Eleanore A.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HELP : Mon fils se fait piquer
» dans quoi planter des plantes grasses?
» C'est quoi ça ou etend ton linge en avant....
» A quoi ressemble les fleurs de bégonia Credneri???
» parasite ou je ne sais quoi sur un chene.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On the Road :: LE SUD AMERICAIN :: T E N N E S S E E :: L'Interstate 40 (road)-
Sauter vers: